facebook
Mivy décoiffe,
car il a été
conçu par un chauve !

m'écrire : a  
adresse : http://www.mivy.fr/

 


Revue de Presse sur le Génocide


vendredi, 27-Jan-2012
Pour réagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011,
2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017
trefle
 
 

Encyclopedie multimedia de la Shoah http://www.ushmm.org/wlc/fr/

Définition du Génocide

Le terme « génocide », qui n'existait pas jusqu'en 1944, est un terme très spécifique, qui fait référence à des crimes de masse perpétrés à l'encontre de groupes. Les droits de l'homme, tels qu'ils ont été définis dans la Déclaration des droits américaine (U.S. Bill of Rights) ou dans la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies (1948), se rapportent aux droits des individus.

En 1944, Raphaël Lemkin (1900-1959), juriste juif polonais, a cherché à décrire les politiques nazies d'extermination systématique, destruction de la communauté juive incluse. Il a créé le mot « génocide » en associant geno-, la racine grecque désignant une race ou une tribu, et -cide, la racine latine synonyme de destruction. Lorsque le Professeur Lemkin a suggéré ce terme, il avait à l'esprit la notion de « plan coordonné d'actions dont l'objectif est la destruction des bases fondamentales de vie de groupes nationaux dans le but d'annihiler les groupes concernés ». L'année suivante, le Tribunal militaire international de Nuremberg a condamné les responsables nazis pour « crimes contre l'humanité ». Le mot « génocide » figurait dans le réquisitoire mais en tant que terme descriptif et non juridique.

Le 9 décembre 1948, en souvenir de l'Holocauste et en grande partie grâce aux efforts infatigables du Professeur Lemkin, les Nations Unies ont approuvé la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. Cette convention fait du génocide un crime international que les nations signataires « s'engagent à prévenir et à punir ». Elle définit le génocide de la manière suivante :

Le génocide s'entend de l'un quelconque des actes ci-après, commis dans l'intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :
(a) meurtre de membres du groupe,
(b) atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale de membres du groupe,
(c) soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle,
(d) mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe,
(e) transfert forcé d'enfants du groupe à un autre groupe.

Alors qu'il existe de nombreux exemples de violence dirigée contre un groupe dans l'Histoire et ce y compris depuis l'entrée en vigueur de la convention, le développement juridique et international du terme se concentre sur deux périodes historiques distinctes : la période qui s'étend de la création du terme jusqu'à son acceptation en tant que loi internationale (1944-1948) et la période de sa mise en œuvre, avec la création de tribunaux pénaux internationaux dont l'objectif est de juger le crime de génocide (1991-1998). La prévention du génocide, autre obligation majeure établie par la convention, demeure un défi que les nations et les individus doivent relever.

 

Génocide arménien: 15.000 manifestants


AFP Publié le 21/01/2012 à 18:24 Réactions (176)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/01/21/97001-20120121FILWWW00330-genocide-armenien-15000-manifestants.php

Au moins 15.000 Européens d'origine turque, en majorité des Turcs de France, ont manifesté aujourd'hui à Paris pour dénoncer le vote prévu lundi au Sénat d'une loi pénalisant la négation du génocide arménien de 1915. "Nous manifestons pour dénoncer ce harcèlement. Il se passe quelque chose de très grave", a déclaré Ahmet Ogras, un des organisateurs de la manifestation qui a rassemblé, selon lui, "30.000 à 40.000" personnes. turques"Les Arméniens font du lobby auprès des sénateurs. Il y a une épée de Damoclès sur la tête des sénateurs qui veulent s'abstenir ou se prononcer contre cette loi", a-t-il ajouté le président de l'Union des démocrates turcs européens.

"Halte aux lois électoralistes"

Les manifestants venaient de toute la France, mais également de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg. Selon la préfecture de police de Paris, "14.500 personnes" ont défilé entre la place Denfert et la rue Médicis, près du Sénat. "Les franco-turcs ne sont pas des objets politiques mais des citoyens", pouvait-on lire sur les pancartes devant le Sénat. Les manifestants, appartenant à plusieurs associations turques, ont défilé au cri de "J'aime la France des libertés", "J'aime la France de l'égalité", "Halte aux lois électoralistes".

Les sénateurs doivent se prononcer lundi sur cette proposition de loi, déjà approuvée par les députés fin décembre. La commission des lois du sénat a rejeté mercredi ce texte, exprimant les fortes réticences d'une partie des sénateurs. Elle a voté une motion d'irrecevabilité, jugeant le texte "contraire à la Constitution". Mais ce texte devrait toutefois être voté lundi en séance, une majorité semblant se dessiner en sa faveur.

Le texte, qui a provoqué une crise diplomatique majeure entre Ankara et Paris, prévoit de punir d'un an de prison et 45.000 euros d'amende la négation d'un génocide reconnu par la loi française, dont le génocide arménien.

Les Turcs et les Arméniens de France ont par ailleurs publié aujourd'hui dans la presse des lettres ouvertes. Le Comité de Coordination des associations franco-turques de France, qui affirme représenter près de 500 associations et plus de 600.000 franco-turcs, estime dans une lettre publiée dans Libération "qu'il est immoral d'instrumentaliser une tragédie historique à des fins politiques". Les associations franco-turques appellent "les sénateurs à privilégier la défense des valeurs républicaines de tolérance et de fraternité à l'exaltation d'une émotion communautariste basée sur la haine et le repli sur soi".

De son côté, le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France a publié lui dans Le Monde un appel au "respect pour les victimes du génocide arménien". "Pour qu'enfin ce texte prenne force de loi, nous encourageons le président de la République, le gouvernement ainsi que les principaux partis, de gauche comme de droite, qui ont soutenu l'adoption de cette loi à confirmer leur geste en permettant sa ratification par le Sénat dans la législature actuelle", écrit-il. L'appel est soutenu par des intellectuels, politiques, artistes et célébrités françaises.

  Extrait du forum qui suit cet article :

gérard Lepeintre

15000 Européens?
Etonnante cette phrase dans la dépêche, reprise par les médias: 15000 "Européens" d'origine turque. Justement la Turquie ne fait pas partie de l'Europe, comment ses citoyens seraient européens,? Veut-on nous faire croire que tous ceux qui ont participé à ces manifestations avaient des passeports européens? Par ailleurs, toutes les infos ont passé sous silence la présence des Turcs venus d'Allemagne. Or des dizaines de bus sont venus d'Allemagne, c'est le pays du monde après la Turquie où réside le plus grand nombre de Turcs.
Aors qu'au Luxembourg il n'y a qu'une ville de taille, et peu de citoyens d'origine turque, l'Allemagne compte plus de 3 millions de citoyens d'origine turque. Des dizaines de cars étaient programmées de Cologne, Francfort, Stuttgart, Hanovre, Duisburg, et selon le canal d'information azéri, la manifestation était coordonnée par l'Ambassade de Turquie en France

Le 22/01/2012 à 08:10 Alerter Répondre
Mustafa KEMAL

Arrêtez un peu votre dénigrement anti-turc, vous brûlez des drapeaux turcs tous les 24 avril un peu partout dans le monde ! Les gens auxquels vous faites allusion sont une minorité et vous le savez parfaitement bien.

Les Arméniens à qui vous faites allusion ont été évacués de Cilicie sur des navires de guerre français. Ceux-là même qui avaient porté l'uniforme de la Légion étrangère après avoir commis tant d'exactions sur les populations turques.

imprescriptible

bonjour,

Des videos circulent sur le net à ce sujet.
Sur plusieurs videos les manifestants montrent le signe de l'extreme droite turque . Avec beaucoup de drapeaux turques mais tres peu de drapeaux francais.

En 1923 , lorsque les armeniens ont quitté la turquie.
Il y avait indiqué sur leur passeport 'retour interdit' : voir le site http://www.armeniens.culture.fr/article141.html .

La terre d'accueil a été la france et notamment Marseilles.
Ces armeniens arrivés à marseilles entre 1917 et bien plus tard sont des Francais d'origne arménienne.

bien cordialement,

Selime BAYHANTOPCU

Je confirme moi même j'avais deux drapeaux de France et un petit foulard rouge autour du coup. Chaque drapeaux turcs ou presque étaient accompagnés d'un ou deux drapeaux français. Cette manifestation concernait tous les français d'origine turcs et toutes personnes voulant s'exprimer librement en effet on nous menace d'un an de prison et de 45 000€ d'amende c'est exorbitant c'est pourquoi on pouvait voir à cette manifestation qu'il y avait des Kemalistes, des nationalistes d'extrême droite des communistes et des socialistes!!!!

Rab REM

Et le génocide en Algérie, madame la députée qui a préparé la loi ne l'a-t-elle pas vu? Et pourtant c'est de loin plus catastrphique ce que la France des Droits de l'homme a fait en Algérie.

NAdine Nemouk

Vous parlez des centaines de milliers d'Algeriens massacres apres l'independance par le FLN?

AvatarPhoenix ARSENAL

Si tous les turcs de France disaient ya pas eu de génocide arméniens c'est des mensonges des pays impérialiste et collonisateur et des mensonges des lobys arméniens est ce que la france aura les moyens de mettre en prison 700 000 turcs de france ??
Si le premier ministre Turcs se rend en France est ce que la France va l'arrêter et le sanctionner ?

Cette loi insensé ne sera pas appliqué elle est aussi stupide que la loi qui interdit aux femmes de porter un pantalon

Acheron

Sauf qu'il n'y a pas 700.000 "turcs" en France, et que bon nombre d'entre eux, n'ayant pas grand chose à faire de ce que vous qualifiez de "loi insensée", ne vous donnent aucunement leur aval.
Vous avez tout de même réussi une chose: C'est de donner à bon nombre de français la certitude que l'intégration est, et restera, une utopie. Ne venez pas pleurer demain de voir pousser ce que vous avez semé aujourd'hui.

Le 22/01/2012 à 03:37 Alerter Répondre
Avatarpat128359

Pheonix , pourquoi ne pas renvoyer "ces français " chez eux , c'est pas les turcs qui gouvernent en France .

Selime BAYHANTOPCU

Effectivement je suis d'accord avec vous pat128359, Ce n'est pas les turcs qui gouvernent en France ce sont les arméniens!!!
Sachez que nous sommes aussi citoyens français, Chose que vous n'avez pu comprendre et que vous ne voulez accepter.

Avatarpablo e.

Je pense que les turques de france doivent faire un chois entre la france et la Turquie,et aparament en manifestant contre une loi qui ne plait pas a ankarà ils sont plus turc que francais,meme si je trouve cette lois innutile,qui amenait plus de problemes qu'elle en resout.

Le 21/01/2012 à 23:24 Alerter Répondre
Avatarpsy

Allez donc dire cela a Gilat Shalit pour lequel la France a remué ciel et terre!!

AvatarPhoenix ARSENAL

C'est une loi qui punit la liberté d'expression, seule les turcs de france sont concerné, Ankara n'a rien à avoir avec ça il craint rien il dira toujours il y a pas eu de génocide arméniens ce sont des mensonges des pays impérialiste et des lobby arméniens, seule qui peuvent être sanctionné sont les turcs de france il sont raison de défendre la liberté d'expression

Gilberto Lambda

Ces gens là manifestent en tant que Turcs, pas en tant que Français.

AvatarARMENIEN ATHEE

Bonsoir,
votre commentaire est le plus intelligent parmi tous.
Merci.
Vous avez raison, vous avez résumé le tout.
Je me permets de vous suivre , en ajoutant que les Turcs qui manifestent en Turcs peuvent donc rentrer chez eux, étant dans une opinion différente de celle des Arméniens qui eux, ont délaissé la nationalité turque pour abandonner complètement leur passé, et ne pas retrouver de fantômes du passé turc sur le sol Européen.

Le 22/01/2012 à 08:03 Alerter Répondre
janissaire77

mais bien sure, et c'est pour cela que nous voyons encore autant de chose et d'association etc relatif à l'arménie après 100 ans en France, que chacun garde des relations fortes avec ses origines, c'est ce qui fait la richesse de ce beau pays, mais votre mauvaise fois aurait peu resté chez vous ....

AvatarRAOUL2009

Peut-on imaginer un défilé de français en Turquie protestant contre le baillonnement de la liberté d'expression . Combien d'intellectuels , d'historiens , d'avocats sont emprisonnés pour s'être exprimés en dehors des limites permises . Pourquoi le Prix Nobel PAMUK , menacé de prison a dû s'exiler aux US . Il y a dans les commentaires des propos excessifs et désobligeants vis à vis de la France ; doit-on remercier les Turcs qui selon M.Oscan paient des impots pour payer la retraite de milliers de Français : c'est ridicule .
Les dirigeants turcs n'ont cessé de façonner les esprits des citoyens par une culture négationniste et personne n'est dupe , de la réalité de ce qui fut !
En défilant les TURCS de différents pays que la France est une vraie démocratie contrairement à leur pays d'origine dont le cynisme et les dictats impressionnent de moins en moins de part l'Europe.

AvatarTdeClans

L'allemagne s'est repentie des "méfaits" du III éme reich, n' a pas nié l'extermination des juifs. La fin de cette triste période date de plus de 66 ans ...
Pourquoi ce pays, la Turquie, ses dirigeants ne veulent pas reconnaitre des faits historiques, à la fois devant la terre entière, les pays européens, et surtout le peuple arménien ? Dans 3 ans, le 24 avril 2015, cela fera 1 SIECLE que le ministre de l'intérieur TALAAT PACHA a ordonné l'assassinat de 600 notables arméniens de constantinople. Ensuite, il adressera un télégramme à la direction des préfectures
" le gouvernement a décidé de tuer tous arméniens..."

AvatarBahar Bahar

Les commentaires m’écœurent... Elle est bien loin ma France tolérante!!
Je ne pensais pas qu'il y avait tant de gens "étroit" d'esprit et se contentant de dire "qu'ils aillent manifester en Turquie"!!
Nous sommes français d'origine Turque, nous avons le DROIT de crier notre mécontentement face à cette loi, qui nous touche directement!!!

Alors oui aujourd'hui en tant que française d'origine turque ou franco turque ou encore turcs de France, j'ai été fière de voir mes drapeaux turques et français ensemble ainsi que les solidarités de tous les franco turcs! BRAVO à tous!

AvatarSelime BAYHANTOPCU

Mais dites-moi seulement ce que vous savez de ces gens là?? Mais enfin allez en Turquie!! Allez visiter ce merveilleux pays que vous ne cessez de critiquer!! Au-delà de ce que vous montre les média il y a une vie réelle!! Que pensez-vous que la Turquie est un État islamique? Vous pensez que la Turquie n'est pas tolérante???? Mais enfin ouvrez les yeux!! N'êtes vous pas conscient de la censure qui s'applique en France?? En Turquie certes la censure est pratiquée mais pas comme en France. Vous allez me dire maintenant de quitter la France si je n'en suis pas satisfaite et bien je vous répondrai que jamais je ne quitterai la France. La France c'est mon pays, je ferai tout ce qui est en mon possible pour qu'elle s'améliore. Et ceux en commençant par manifester contre des lois qui pénalise la liberté d'expression.. Je ne sais pas ce que vous avez contre les Turcs, mais arrêtez avec vos préjugés lisez varié un peu!!

Le 22/01/2012 à 15:09

Avatarjanissaire77

Qu"elle cède devant les diasporas, ce sera plus malin, mais n'oublions pas que petit turc de France grandira, aura un potentiel de voix encore plus gros que la diaspora arménienne, alors nos politiques réécriront - ils l'histoire pour obtenir ces voix? Voici le danger quand des politiciens veulent écrire l'histoire....

AvatarLevieu

Quelle envolée lyrique !
J’encourage ces chers défenseurs de l’amitié universelle à prendre leur bâton de pèlerin pour se rendre à Ankara.
Ils pourront y défiler aux cris de vive la Turquie de la liberté des cultes, vive la Turquie laïque et, pourquoi pas, à l’instar du Général de Gaulle en d’autre lieux, vive le Kurdistan libre. Effet garanti !

KilLsHoT

Vive la corse libre , la Bretagne au bretons et un territoire au basques pendant qu'on y est. Si vous ignorez un sujet abstenez vous svp.

AvatarTig19

Génocide arménien: 15.000 manifestants ....donc 15.000 * retour simple *

AvatarMustafa KEMAL

Ce sont des politiciens clientélistes qui ont ouvert la voie au communautarisme. Dès le départ, il fallait dire non aux diasporiques arméniens. Votre remarque est donc avant tout valable pour les Arméniens de France. Les Turcs de France et Franco-Turcs ne veulent juste pas être stigmatisés et calomniés, un point c'est tout.

Milim

Les "diasporiques" arméniens, comme vous les appelez si lamentablement, sont les descendants des arméniens qui ont réussi à échapper aux tortionnaires ottomans en arrivant en France, avant la création de l'Arménie comme état indépendant.

Rappelons que le Parlement Européen, le conseil de l'Europe et une multitude de pays européens (sans compter le reste du monde!) a reconnu le génocide des arméniens.

Ces pleurnicheries sur la pseudo "stigmatisation" des turcs sont de la pure hypocrisie.
On se demande bien pourquoi les turcs actuels se sentent visés par ses mesures : ils n'ont pas la conscience tranquille ?

Avatarmerdoq

si les turcs reconnaissaient ce génocide,sans pour autant faire repentance, car ils ne sont pas responsables de la folie du Mouvement "jeunes turcs "du début du siècle,ils sortiraient grandis et certains cesseraient ainsi de demander aux députés et aux sénateurs de voter cette loi qui deviendrait sans objet.
Pourquoi le gouvernement turc actuel nie cette vérité historique ?

 

 

Manifestion du 21 janvier 2012 pour garantir la liberté d'expression et la dignité du peuple turc

Suite à ladoption par

l'Assemblée Nationale du 22 décembre 2011 de la proposition de loi, quelques députés, aussi bien ignorants qu'inconscients ont condamné le peuple turc à un crime dont ils ont été aussi victimes

Nous sommes très surpris de v o ir la précipitation avec laquelle l'Assemblée Nationale a voté pour passer la dite loi et demain le Sénat. En dépit de la complexité du sujet concernant une période très trouble de la Première Guerre Mondiale (1945), l'Assemblée Natiionale avait insustement voté en 2001 une loi sur la reconnaissance du génocide arménien.

Aujourd'hui avec la loi du 22 décembre 2011, le Parlement Français prive les historiens de toute possibilité de recherche pour prouver la vérité.

Ainsi le Parlement français ne peut pas s'autoproclamer "Tribunal international de lHistoire" pouor condamner aussi bien les hisstoriens que le peuple turc, et surtout alimenter la haine entre les peuples turcs et arméniens !

La propositioni de la Truquie reste inchangée; créer une commission d'enquêtes composée d'historiens europens et mettre à leur disposition les archives Ottomanes? Seuls les historiens pourraient peut être apporter une réponse et non pas quelques députés pour leur propre intérêt électoral, manipulés la communauté arménienne.

Vive l'Amitié entre les peuples

Association des Turcs de France

 

Génocide arménien : la pitié dangereuse

 

La loi punissant la négation ou la minimisation outrancière du génocide arménien de 1915 a donc été adoptée par le Parlement français. Le Sénat en cette période pré-électorale a jugé bon de revenir sur son refus antérieur d'un texte à la finalité identique. Espérons que le vote de cette loi par le Parlement français apaisera les blessures morales que le refus obstiné des autorités turques à admettre le génocide arménien de 1915 cause aux descendants des victimes. Je sais par expérience personnelle combien est cruel le négationnisme pour les descendants des victimes d'un génocide. Mais en dehors de cette fonction thérapeutique, je pense que cette loi n'apportera que des déboires, y compris à la communauté arménienne elle-même.

Supposons en effet qu'un haut fonctionnaire ou un publiciste turc interrogé en France sur le génocide arménien reprenne la version officielle turque des évènements. Les associations arméniennes saisiront la justice française. La personne poursuivie ne manquera pas de soulever l'inconstitutionnalité de la loi, comme contraire à sa liberté d'opinion et d'expression, par le jeu de la QPC (Question Prioritaire de Constitutionnalité). Dans le débat se trouvera nécessairement posée devant le Conseil constitutionnel la question de la constitutionnalité de la loi mémorielle de 2001 reconnaissant le génocide arménien, dont il n'a jamais eu à connaître. Si, comme le pensent nombre de juristes et notamment en 2002 le Doyen Vedel, cette loi de 2001 est entachée d'inconstitutionnalité, du même coup disparaitront de notre droit et la loi mémorielle de 2001 et la loi répressive actuelle. Ce boomerang judiciaire se retournera contre ses auteurs. Ce sera la revanche du Droit sur la politique.

II. Que le Parlement n'ait pas compétence pour dire l'histoire, tout a été dit excellemment à ce sujet par Pierre Nora et les membres de l'association Liberté pour l'histoire. Seuls les régimes totalitaires acceptent une histoire "officielle" fixée par le pouvoir et imposée par le juge. La justice française offre d'autres moyens pour condamner les faussaires de l'histoire, qui manquent au devoir scientifique de probité intellectuelle, de sérieux et d'objectivité dans leurs travaux. Mais il n'appartient pas à des parlementaires français de se substituer aux historiens et aux juges en proclamant dans une loi française qu'un crime de génocide a été commis en Asie mineure il y a un siècle.

Seule l'autorité judiciaire a qualité pour dire si un crime a été commis et quels en sont les auteurs. Ainsi le génocide juif par les nazis a été établi par le Tribunal Militaire International de Nuremberg. Ce tribunal, auquel participaient des magistrats français, est issu des Accords de Londres de 1944 signés par la France. L'autorité de la chose jugée en France était acquise à ses jugements. Il en va de même pour les crimes contre l'humanité jugés par des juridictions pénales internationales pour l'Ex Yougoslavie, Rwanda. Rien de tel n'existe pour le génocide arménien de 1915 commis avant que conscience soit prise par la communauté internationale de l'impératif moral que les bourreaux de l'humanité ne demeurent pas impunis. Mais cette mission relève des juridictions internationales et en premier lieu de la CPI. Le Parlement français n'a aucune compétence à cet égard et ne saurait s'ériger en juridiction universelle et proclamer par des lois françaises l'existence de crimes qui pour être historiques ne relèvent en rien de sa compétence.

III. Cette hubris du Parlement français ne manquera pas d'appeler des réactions contre la France. D'abord dans le domaine international. Les turcs sont un grand peuple, qui joue un grand rôle notamment au proche orient. Ils sont fiers de leur histoire, même entachée comme celle de tous les peuples conquérants de crimes et d'exactions de tous ordres. Nous pouvons appeler les autorités turques à revisiter leur histoire comme d'autres états en Europe l'ont fait. Mais porter condamnation (car tel est le sens implicite de la loi de 2001) des prédécesseurs ottomans d'un état turc ami, inscrire cette condamnation dans nos lois, cette démarche qui veut apaiser les douleurs des uns entrainera inévitablement la fureur des autres. S'agissant notamment de la coopération franco-turc florissante dans le domaine universitaire et culturel, nous connaîtrons sans doute le poids du ressentiment turc contre cette intrusion législative dans un passé déjà lointain.

J'ignore si la constitution turque permet au Parlement de voter des lois sur l'histoire, y compris sur celle des nations étrangères. Si tel est le cas, préparons nous à une réplique des parlementaires nationalistes turcs proclamant que la France est l'auteur de crimes contre l'humanité commis dans ses anciennes colonies, notamment en Algérie pendant la guerre d'indépendance. Protesterons-nous que ces évènements tragiques ne concernent pas la Turquie ? Mais qu'a fait hier le Parlement français vis-à-vis d'elle ? Notre longue et tragique histoire doit aujourd'hui nous placer du côté de la Justice internationale. Elle ne nous qualifie pas pour nous constituer en juge de l'histoire universelle et en conscience morale du monde.